Gleeden.com et sa pomme

     Le jour du mariage civil, on peut entendre par le maire ou un adjoint :

  • Art 212: les époux se doivent mutuellement fidélité, secours et assistance.

  • Art 213 les époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille. Ils pourvoient à l’éducation des enfants et préparent leur avenir.

  • Art 214: Si les conventions matrimoniales ne règlent pas la contribution des époux aux charges du mariage, ils y contribuent à proportion de leurs facultés respectives.

  • Art 215: Les époux s’obligent mutuellement à une communauté de vie.

S’en suit le « OUI » réciproque des deux époux.

Et lors d’un mariage religieux :

     « Consens-tu à prendre cet homme pour époux légitime, à vivre avec lui selon la loi de Dieu, dans le saint état du mariage ? L’aimeras-tu, le consoleras-tu, l’honoreras-tu, le garderas-tu, dans la maladie comme dans la santé, et, renonçant à toute autre union, lui resteras-tu fidèle jusqu’à la mort ? »

     Ou bien encore :

Le fiancé : « Léa, veux-tu être ma femme ? »
La fiancée : « Oui, je veux être ta femme. Et toi, Jean veux-tu être mon mari ? »
Le fiancé : « Oui, je veux être ton mari. »
La fiancée : « Je te reçois comme époux et je me donne à toi. »
Le fiancé : « Je te reçois comme épouse et je me donne à toi. Ensemble : Pour nous aimer fidèlement, dans le bonheur ou dans les épreuves, et nous soutenir l’un l’autre, tout au long de notre vie. »

     La suite, vous la connaissez tous : les confettis, le riz (cantonnais ou autre ça n’a pas d’importance), la fête, le voyage de noce etc…

     Et puis il y a gleeden.com et sa pomme reluisante, aguichante et juteuse à souhait, transpirant de l’emprunte encore tiède des lèvres… On entendrait presque le craquement sourd du morceau de fruit titillant nos oreilles, sa fraîcheur doucement sucrée sur notre langue, la rondeur du fruit dans notre paume humide, une sorte d’envoûtement devant ce fruit aux pommettes rouges…

     Mais non, ceci n’est pas une pub pour manger « 5 fruits et légumes par jour » mais juste une pub qu’on nous force à avaler tous les jours dans les couloirs du métro, une pub à l’arrière goût acide, aux slogans provocateurs comme s’ils étaient la dernière solution pour faire réagir les consommateurs abêtis.

    Car que serions-nous si nous ne consommions pas ? Que serions-nous si nous travaillions la grandeur de nos âmes par une « pauvreté » matérielle, non d’une pauvreté dangereuse mais de celle qui s’épanouit par l’autre et dans l’autre dans l’éternité de nos vies ? Que serait un citoyen qui modérerait ses envies lorsque le pouvoir d’achat est dans la bouche de tous ? Pouvoir d’acheter, pouvoir de disposer, pouvoir possessif, pouvoir d’amour et pouvoir de ne plus pouvoir être heureux dans la simplicité des petites choses que l’on ne regarde plus… Que serions-nous encore, si nous recherchions dans l’autre sa vraie facette ? Si nous recherchions le plaisir sacré de l’entrelacement de deux corps qui s’étreignent de cet amour inaltérable, plutôt que de s’éparpiller dans une orgie démentielle de plaisirs inaboutis, volés à droite et à gauche, comme un mendiant affamé de bonheur volant sur un étalage le fruit écarlate ?

     Que serait un amour qui irait au delà des maux de tous les jours pour aimer par delà l’imperfection de l’Homme de cet amour vrai qui dans l’infini puise la source du bonheur ? Que serait un amour qui rend profondément libre dans la fidélité de nos actes, vraie preuve de l’amour que l’on porte ? Dans une culture de la mort, cet amour là n’est rien, rien qu’une tradition poussiéreuse. Et pourtant, nous recherchons encore dans un ailleurs évanescent ce plaisir que l’on ne trouve plus chez l’autre, plaisir tellement charnel qu’il ne dure pas plus longtemps que la carrière d’un sportif…

     Mais « re non », Gleeden.com n’est pas une pub pour manger « 5 fruits et légumes par jour et pratiquer une activité sportive régulière ». Enfin, pas de ce sport là…

      Gleeden.com, « restez fidèles à vos désirs », c’est « le premier site de rencontres extra-conjugales pensé par des femmes » avec 1 238 791 membres, une publicité qui envahit nos trottoirs, le métro, des slogans du genre…

«  Par principe nous ne proposons pas de carte de fidélité »

« Tout le monde peut se tromper. Surtout maintenant »

« C’est parfois en restant fidèle qu’on se trompe le plus »

      …et des phrases sur le site telles que…

     « Du pas de votre porte au bout du monde, rencontrez d’autres femmes et hommes mariés ou en couple. L’outil de recherche Gleeden est hautement détaillé et saura satisfaire les plus exigeants : quant aux indécis, ils pourront visionner un large éventail de profils et apprécier la diversité des hommes mariés et des femmes mariées présent(e)s sur Gleeden ! »

     « Toutes les rencontres infidèles sont possibles. »

     « Nous vous invitons sur Gleeden à être honnête sur votre statut marital. L’intégrité est à la base de notre travail, nous respectons nos membres en ne présentant que de vrais profils, femmes et hommes mariés ou en couple, et même célibataires. Notre politique est basée sur des valeurs fortes et notre communauté se construit chaque jour naturellement. »

     « Femmes mariées recherchant l’aventure ou homme marié en quête d’une rencontre extraconjugale, Gleeden est votre jardin secret, votre espace privilégié. Votre couple ne vous satisfait pas complètement ? Une parenthèse infidèle et confidentielle s’offre à vous, vous êtes libre de rencontrer d’autres hommes mariés et femmes mariées qui vous comprennent. »

     « Gleeden anticipe vos envies et met en place pour vous un système où vous payez uniquement ce que vous consommez ! Et ceci sans limite de temps, à votre rythme ! Gleeden propose quatre packs de crédits différents pour répondre aux multiples envies des un(e)s et des autres : trouvez ce qu’il vous plaît ! Nous prenons le parti de vous proposer des services « à la carte » selon vos envies. »

     Si aujourd’hui l’adultère n’est plus considéré comme une faute pénale depuis 1975 mais est une faute civile, passant ainsi d’une faute qui implique la société témoin d’un engagement, à une faute qui n’implique plus que l’individu, il demeure que Gleeden incite délibérément à commettre une faute civile par une publicité qui s’affranchit littéralement des valeurs d’un pays, de son identité etc… Dans le fond, cela pose une réelle question quant à ces valeurs morales inscrites dans le temps et empruntes d’une culture forte qui deviennent soudainement obsolètes dans un monde en crise de repères.

     « Les gens sont plus fidèles à leurs envies qu’à leurs engagements » (témoignage d’une personne interrogée sur ce qu’elle pense du site dans le cadre du clip promotionnel).

     Et il est là le vrai problème : cette pseudo fidélité à ce qui est aussi volatil, changeant et inconstant que ses envies, ses désirs qui ne trouvent plus dans la limite d’un épanouissement leur vraie place. Car c’est dans une vraie maîtrise que l’on s’affirme en tant qu’homme ou femme responsable et engagé, que l’on se distingue de l’enfant qui désire la terre entière et qui, adulte, comprend l’absurdité de ses désirs. Mais non, on assiste et promeut un retour au stade adolescent de notre existence, à cette petite enfance où il y avait encore les limites de nos parents nous poussant à désirer raisonnablement ce qui était à notre hauteur, à savoir dire non quand on voulait dire oui à tout. Mais de ces limites là, il ne semble rien rester.

      Quelle fidélité à des envies qui changent constamment de formes lorsque l’engagement demeure ce qu’il est, et demande de travailler sur sa propre personne au lieu de fuir devant ce « oui » assuré au jour du mariage ?

     Alors, dans une période de crise, que trouve-on de mieux que de proposer de fuir l’inconstance par l’inconstance ? Car la fidélité n’est plus vu aussi, comme un lieu de ressourcement mais un engagement pénible et à l’essai. « Pénible » car elle impose d’abandonner cette vie de célibataire qui s’ouvrait à tous les possibles et se focalise désormais sur une personne, « pénible » car elle demande des renoncements pour l’autre, « pénible » encore car elle demande de devenir responsable… « A l’essai » car l’Homme d’aujourd’hui devient incapable de s’engager dans la durabilité, de se décentrer vers l’autre, de rechercher le particulier au delà du général. Non, l’Homme moderne demeure enfermé dans des relations possessives étouffantes pour lui-même et son entourage. Il se replie sur lui-même, se trouvant lui mais ne découvrant plus l’autre, réflexe de protection contre l’altérité et les blessures pouvant y être associées.

      Et pourtant, ces renoncements et ces limites dans la fidélité rendent l’Homme pleinement libre dans ce qu’il a de plus profond, dans un Amour exclusif qui construit l’édifice d’une vie et non les ruines d’un bonheur approché mais jamais saisi. Pour saisir le vrai bonheur au sein d’un couple il s’agit d’y travailler, d’être par cet autre que je décide d’aimer et d’exister dans cet autre, dans ses yeux et nuls autres regards. Que peuvent-ils voir ces autres regards qui ne s’arrêtent qu’à ce qui passe et trépasse ? Que peuvent-ils voir de la surface, de ce que je suis au plus profond de moi-même ? Quellle liberté dans cette dépendance aux désirs insatiables ?

     Ce site propose tout bonnement de détruire la promesse d’éternité d’un couple, de détruire son alliance. Elle le séduit dans la faiblesse de tout Homme, faiblesse d’Ève devant la tentation de s’émanciper de l’Amour, pour accéder à une auto-suffisance dont les fruits principaux sont justement la mort de cet amour originel.

      Gleeden.com propose donc des produits de consommation, des produits périssables et surtout qui n’engagent pas. Plutôt que de travailler à la satisfaction de son propre couple, plutôt que de travailler à un équilibre autant psychologique que physique qui permet un réel épanouissement au cœur de l’acte sexuel même, c’est toute l’image de ce travail qui s’évapore des consciences aussi bien chez les couples mariés que chez les jeunes en quêtes de repères. Car l’infidélité n’engage pas que le partenaire en question mais aussi ses enfants et la personne morcelée qu’il laissera une fois consommée. L’infidélité, si elle peut être tenue discrète, se dévoile dans le silence des couples, dans des regards et une attitude qui n’est plus celle du conjoint se donnant en exclusivité à sa femme / son mari, mais celle d’un conjoint qui disperse sa personne et son être tout entier. La famille est engagée dans cette morosité qui s’épand sur les enfants, réceptacles silencieux des troubles des parents.

     Dans ce marché de l’humain réduit à sa seul productivité orgasmique, l’Homme devient un produit utilisable et jetable, un produit qui fait de sa liberté l’argument de sa mise en vente, liberté aliénée à l’insatisfaction perpétuelle de l’Homme sans limite. Gleeden.com propose de consommer cet autre réduit à sa matérialité charnelle, à sa chair consommable, à son corps de chair prenant le pas sur ce corps spirituel auquel seul l’Homme peut pourtant prétendre.

     A une époque où la parité est dans sa juste revendication, une préoccupation de nombreuses femmes, une part des femmes supportent, voir incitent, un retour à l’utilisation purement matérielle de leur corps-objet omniprésent sur le clip promotionnel dont le seul but est d’attirer le client et lui vendre des services. Est-ce cela la vraie liberté tant revendiquée par les femmes qui on acquis le droit de vote après tant d’efforts ?

     On assiste à une véritable prostitution de la personne répondant aux exigences de ce site (où « vous payez uniquement ce que vous consommez »), individu proposant ses services et recherchant l’offre la plus juteuse afin d’assouvir ses pulsions. Couper l’acte charnel des sentiments qu’il charrie, sentiments censés animer cet acte afin de lui donner tout son sens, couper l’acte charnel de sa spiritualité, de cet amour supérieur que seul l’Homme est capable de dispenser, c’est se rabaisser à l’état d’animalité esclave de sa condition pulsionnelle et reproductive. C’est aussi refuser cette condition proprement humaine et se refuser soi. Car l’Homme est capable d’un amour infiniment plus grand lorsqu’il recherche l’union et l’équilibre des corps dans l’union des esprits, quand l’être et la chair se rencontrent pour n’être plus que l’expression profondément intime et une du fruit d’un amour qui ne trouve plus les mots. Ou plutôt, qui dans un soupir ne trouve « qu’un » « je t’aime » embrassant toutes les dimensions de la personne dans son corps, son être, ses qualités et ses défauts…

     Il n’est plus question de fuir les défauts de l’autre lorsque le couple traverse une mauvaise passe, mais d’aimer l’autre pour ce qu’il est et avec ses défauts, d’aimer ses qualités, sa personne tout entière qui fait de lui l’être exclusif que j’aime, qui me touche et dont je cherche à réaliser le bonheur.

     Ce site représente ainsi une insulte grave à ces valeurs qui composent tout Homme qui sans limite, retombe dans une animalité irraisonnée. Il représente une menace non seulement pour les couples en poussant un peu plus loin la tentation grandissante d’une société érotisée, mais aussi pour les enfants, brandissant la déchirure du couple qui tôt ou tard se fera ressentir.

     En mettant sur le même plan un « jardin secret » par l’infidélité et l’attachement qui pourrait en découler (car l’acte engage non seulement le corps mais aussi la personne, c’est un fait) et ce « jardin secret » légitime que devrait représenter l’épanouissement de la personne dans une passion, des amitiés, un confident qui aide à avancer, Gleeden.com efface ces distinctions et propose insidieusement comme seule remède au malaise d’un couple : l’infidélité. Le site propose d’accentuer encore le malaise interne du couple, malaise qui demande de s’attacher en profondeur aux problèmes en question. Comme s’il s’agissait de guérir d’un cancer des poumons en fumant un peu plus chaque jour….

     Aussi, ce que propose et encourage Gleeden.com c’est de provoquer la destruction de la confiance essentielle d’un couple. Essentielle car, qu’est-ce qu’un amour sans confiance sinon un amour enfermé dans la peur et le soupçon quasi maladif imposant un climat de méfiance là où la confiance devrait être lieu d’abandon et d’ouverture à l’autre ?…

     L’infidélité existe c’est un fait, faut-il pour autant l’encourager et aller jusqu’à la provoquer ? Faut-il être contraint de supporter ces atteintes récurrentes contre ce qui, au final, constitue réellement l’Homme ? C’est à dire : le seul être raisonnable capable de s’élever vers le mystère de sa création, vers cette question lancinante du « pourquoi quelque chose plutôt que rien ? », seul vivant capable de réfléchir sur sa propre condition, et de donner à l’acte charnel la dimension d’un amour spirituel…

3 réflexions sur “Gleeden.com et sa pomme

  1. Magnifique réflexion. Merci beaucoup, j’attendais que quelqu’un mette des mots sur mes réflexions quant à ce site de rencontres. C’est ici fait de façon très juste, donc merci !!
    (à part les quelques fautes d’orthographe…)
    J’ai été aussi interpelée par les pubs pour adopteunmec.com, un site de rencontre pensé par des femmes pour les femmes. Il ne prône pas l’adultère de façon explicite comme Gleeden, mais ça m’a marqué parce que jusque là les sites de rencontre étaient en vue d’une clientèle mixte, ou bien masculine à qui il était proposé des « produits » féminins. Que des femmes s’abaissent aussi, c’est désolant…
    En tout cas, merci beaucoup ! Et continuez ce blog brillant !!

    J'aime

    • Un grand merci pour ce message encourageant ! J’ai aussi remarqué les pubs pour adopteunmec.com, je crois que sur l’affiche il s’agissait d’une femme, d’un cadis dans lequel un homme tombait, graphisme façon pictogrammes. C’est du même niveau que gleeden dans le fond, mais bien plus explicite (dans l’image) de l’esprit « consommation » « marché »…
      Encore merci et désolé pour les fautes, je m’endors désormais avec mon Bescherelle sous l’oreiller 😉 Il y a encore du boulo…

      J'aime

  2. Pingback: La « chasteté  : un truc ringard ? | «Phronèsis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s