The Raid, le film qui cartonne… rouge.

       En fait sur le film en lui-même il n’y a pas grand chose à dire. Mais je vais le dire quand même (oui je ne peux pas m’empêcher de l’ouvrir me direz-vous). Car ce n’est pas particulièrement ce film qui me motive à écrire mais certaines réactions des critiques… Venons-en aux faits.

       D’un point de vue de la réalisation il faut avouer que c’est au top, les chorégraphies sont impressionnantes, l’enchaînement des séquences bien filmées et avec rythme, véritablement au cœur de l’action. Techniquement, il faut bien reconnaître que c’est une vraie claque visuelle !

       Mais, en ce qui concerne le scénario, on déplore qu’il ne soit là que pour la forme. Je ne m’étalerai donc pas sur le simplisme très cliché de ce genre de film : des gentils, des méchants, des entre les deux et hop, ça tient sur un post-it (économie de papier, pas bête !). En même temps, c’est un « action movie », alors le scénario ce n’est pas ce que l’on attend le plus de ce genre de production (et il faut croire que l’un et l’autre sont incompatibles… ). Car, qu’est ce qui importe vraiment dans ce film ? Sans doute les 90 minutes de combats, de tranchages de gorges, les « flinguages » et « headshot » au ralenti, la véritable performance dans les arts martiaux des acteurs et les scènes bien brutales car il n’y a rien d’autre à attendre. Amis de la finesse, des scénario bien ficelés, bref, amis du cinéma passez votre chemin.

       Venons-en maintenant aux avis :

« 90 minutes de pur action, un film déjà culte. » (Variety)
« On avait pas vu un film pareil depuis le dernier Die Hard. » (Coming soon.net)
« A vous décrocher la mâchoire !» (Huffington Post)
« Le Nirvana des fans de films d’action. »
« The Raid défonce tout sur son passage. »
« Haletant, violent, virevoltant, The Raid est le film d’action de l’année. »
«  De l’action à l’état pur. »
«  Jouissif. D’office un film culte. »

       Vous aussi la comparaison avec Die Hard vous à fait bondir sur votre chaise  (si si rassurez- moi !) ? Quand même, dans un cas il y a Bruce Willis (avec son super humour et son sourire en coin comme on l’aime), des effets spéciaux à tout va, des explosions dans tous les sens, un scénario un peu construit et dans l’autre : une armée de clones qui se tapent dessus avec un scénario plat, prévisible du début à la fin (bon comme Die Hard je suis d’accord) mais sans rebondissement ! Si le niveau du film est à peu près identique, ce n’est absolument pas comparable du point de vue de l’action même. Alors oui, The Raid « défonce tout sur son passage » et même son scénario, à « vous en décrocher la mâchoire » tant on baille devant la platitude du film. De là à en faire une référence pour les fans de films d’action, non ! Car on peut être fan de ce genre de film et exiger un minimum de scénario. Passons.

       Dans ce film, les scènes d’actions s’imposent sans que rien ne les légitime réellement, sauf bien sûr, la seule ambition du réalisateur de faire un film de pure action. A en croire les avis ( et principalement ceux des spectateurs sur les réseaux sociaux ) un tel film « ça fait du bien », c’est « jouissif » etc… Voir des types se faire fracasser la tête contre un mur, ça fait du bien, se faire craquer les vertèbres ça fait encore du bien, se faire défenestrer, planter, tirer une balle dans la tête et autres subtilités du genre ça fait toujours du bien ! C’est même jouissif paraît-il. Ah bon. Ou alors c’est moi qui suis vraiment trop (à peu près) équilibré dans ma tête pour ne pas comprendre. C’est peut-être une bonne nouvelle finalement.

       Mais il y a quand même une question que je me pose : devant un tel plaisir face à ces « jeux du cirque » des temps modernes, n’y a t-il pas un vrai sadisme mal placé mais bien confortablement installé dans une salle de ciné ou sur un canapé ?

       Car ça en devient presque pathologique : comme un besoin d’assouvir une soif d’hémoglobine pour se faire « du bien ». Non, je ne parle pas de Twilight mais bien d’un film où le degré de violence détermine, semble t-il, l’appréciation des spectateurs.

       En effet, ce n’est pas le scénario ni même l’environnement qui amènent une forme de violence à l’écran mais elle s’impose et apporte par voie de conséquence un scénario assez primaire. Quand le film en lui-même ne présente aucune vision particulière d’un aspect du monde, d’une culture, ne défend aucune cause, qu’il ne permet de prendre conscience d’aucune idée particulière chère au réalisateur ou autre, qu’est ce qui peut légitimer cette débauche de violence ? Du divertissement ? Non, je ne crois pas qu’il soit très divertissant de voir ce genre de brutalité froide et mise en scène d’une façon très voyeuriste. Soit on prend cela au premier degré et dans ce cas on est plus que crispé incapable d’être vraiment diverti mais surtout : on doit bien se rendre compte de la teneur du spectacle dont on se délecte… (et ainsi s’interroger sur ses propres goûts). Soit on prend cela avec beaucoup (trop) de second degré et dans ce cas on peut s’interroger sur l’intérêt réel du film… Parce que avec une telle réalisation on a du mal à prendre les choses au sérieux : il y aurait peut-être mieux valu y mettre carrément une bonne dose d’humour. Mais non, The Raid se prend au sérieux et n’a que l’ambition de sa seule noirceur, collante et lourde à souhait.

       Que la violence existe c’est un fait, car nous ne sommes effectivement pas dans le monde des bisounours et la souffrance fait partie du devenir même de l’humanité. Mais de là à la mettre en scène à ce point, n’est-ce pas le signe d’un profond malaise de l’Homme qui retourne à ses instincts les plus primitifs, qui retourne à sa propre temporalité de la barbarie ? N’est-ce pas aussi une image de l’Homme abêtit qui se refuse à discerner ce qui est bon de ce qui est foncièrement mauvais pour lui ? Qui se laisse encore un peu plus glisser dans le mauvais goût, dans le «  plus c’est crade plus ça me plaît » ? Car si tous les goûts sont dans la nature, tous ces goûts ne sont pas forcément de bon goûts. Actuellement, entre Amercian Pie 4, Projet X , The Raid et autre… on touche sérieusement à un mauvais goût cinématographique assez affligeant. Alors les réalisateurs vendent du sexe à fond, du glauque, voir un super cocktail des deux dilués sur fond de « c’est qu’un film », « c’est pour déconner » etc… et les salles se remplissent et les spectateurs s’abêtissent. Il serait peut-être temps de voir qu’au dessus de la boue et de la ceinture, il y a un autre monde à proposer aux « cinéphiles » ou du moins aux jeunes adaptent de ce genre de contenu. Car c’est pas en leur proposant de la m**** qu’on leur donnera envie de goûter la vanille…

       Bref, il paraît que The Raid prépare une suite. Remarquez, on peut difficilement faire pire dans le domaine. Si ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s